La fin des cartes de recharge pour véhicules électriques : révolution ou mirage?

station de recharge voiture electrique

Publié le

Paiement CB aux bornes de recharge: avenir simplifié?

L’ère des cartes de recharge spécifiques pour les véhicules électriques est-elle sur le point de s’achever? Jadis jugées indispensables, ces cartes semblent aujourd’hui perdre du terrain face à des alternatives plus flexibles et universelles. Un tournant majeur se profile à l’horizon, avec l’entrée en vigueur d’une réglementation européenne ambitieuse qui pourrait redessiner les contours de la mobilité électrique: d’ici janvier 2027, tous les opérateurs de bornes proposant une puissance supérieure à 50 kW devront mettre à disposition un terminal de paiement par carte bancaire (CB). Cette avancée promet de faciliter les longs trajets, mais soulève également des questions quant à ses implications réelles et les défis subsistants.

L’essor des terminaux de paiement par carte bancaire

Depuis l’annonce du nouveau règlement européen du 13 avril 2024, les opérateurs de bornes de recharge pour véhicules électriques anticipent une transformation majeure. D’ici au 1er janvier 2027, ils devront équiper toutes les bornes de plus 50 kW avec des terminaux de paiement par carte bancaire (TPE). Fastned, un pionnier en la matière, a déjà équipé ses stations françaises d’un TPE sans contact dès novembre 2021, suivis par Engie Vianeo sur certaines autoroutes.

Fastned et Engie Vianeo ne sont pas les seuls à adopter le paiement sans contact ; Total s’apprête également à moderniser son infrastructure avec des appareils dédiés au paiement. Toutefois, le paiement sans contact n’est pas exempt de limitations :

  • Activation nécessaire de la fonction sans contact
  • Plafonnement des transactions à 50 €
  • Sécurité accrue requise lors du déverrouillage des bornes

Le défi de la sécurité et de la simplicité

Les solutions basées sur les QR codes ou les applications des réseaux de recharge existent depuis plusieurs années et permettent le paiement par carte bancaire. Malgré leur commodité, elles exposent les utilisateurs à une dispersion des comptes et à des risques potentiels liés à l’utilisation de faux QR codes. Il est donc crucial d’être vigilant et de privilégier les applications mobiles officielles des réseaux pour garantir la sécurité des transactions.

Les conducteurs réguliers peuvent opter pour l’installation d’applications dédiées de réseaux tels que Ionity, Fastned et Tesla pour faciliter leurs recharges.

Carte de recharge versus paiement par carte bancaire

L’intérêt financier penche en faveur du paiement direct par carte bancaire. Les cartes de recharge, agissant comme intermédiaires, appliquent souvent une commission qui peut atteindre environ 10 % du coût du kilowattheure. Un exemple concret illustre le potentiel d’économies : une recharge chez Fastned coûte 24,66 € via la carte de recharge contre 21,88 € en payant directement.

Tarif opérateurTarif Chargemap
Fastned0,59 €/kWh0,65 €/kWh
Engie Vianeo0,576 €/kWh0,634 €/kWh
Total0,52 €/kWh0,539 €/kWh
Ionity0,59 €/kWh0,621 €/kWh
Electra0,49 ou 0,59 €/kWh0,65 €/kWh

La persistance de la carte de recharge

Malgré ces avancées vers une plus grande facilité dans le paiement des recharges, la carte de recharge conserve certains atouts :

  • Fiabilité en cas de panne du réseau CB
  • Praticité pour des utilisations ponctuelles sur certains réseaux
  • Centralisation des dépenses sur une unique facture
  • Avantage pour les professionnels quant à la gestion des coûts
Autre article à lire
Les Voitures Électriques: le futur des routes ?

Paiement sans contact aux bornes de recharge: simplification ou demi-mesure?

Avec l’essor des terminaux de paiement électronique (TPE) sans contact, il devient aisé pour les conducteurs de véhicules électriques de régler leurs recharges au fil de la route. Le paiement sans contact offre une commodité indéniable, permettant d’éviter les files d’attente et les procédures d’inscription parfois laborieuses. Toutefois, cette méthode n’est pas exempte de limites. En effet, pour que le paiement sans contact soit possible, il faut d’abord que la carte bancaire soit activée pour cette fonctionnalité et surtout, il faut garder à l’esprit que le paiement est plafonné à 50 € – une contrainte qui peut s’avérer problématique lorsqu’il s’agit de recharger complètement un véhicule électrique.

Outre la carte bancaire traditionnelle, des solutions numériques comme le paiement par QR code ou via des applications dédiées aux réseaux de recharge émergent. Ces approches offrent une grande souplesse et peuvent parfois accorder des remises. Cependant, elles exigent une vigilance accrue face aux risques de fraude. Faire le choix du paiement direct par CB présente un avantage non négligeable: celui d’économiser sur les frais souvent associés aux cartes de recharge.

La carte de recharge: un outil toujours pertinent?

Malgré l’avancée des systèmes de paiement alternatifs, la carte de recharge conserve certains avantages spécifiques. En cas de défaillance du réseau CB, elle peut s’avérer salvatrice. De plus, certaines infrastructures régionales peuvent s’avérer complexes et moins intégrées, rendant l’utilisation du badge de recharge plus pratique pour centraliser les dépenses et bénéficier d’avantages réservés aux abonnés.

Il convient aussi de mentionner que les badges de recharge représentent une solution sécurisée. Ils évitent notamment le risque lié au vol ou à la perte d’une carte bancaire personnelle. Toutefois, il est désormais clair que posséder un tel badge n’est plus une nécessité pour chaque recharge; c’est plutôt un outil complémentaire qui peut améliorer l’expérience utilisateur dans certaines circonstances.

Vers une infrastructure de recharge en mutation: progrès et obstacles

La transition vers un système universel de paiement aux bornes de recharge laisse entrevoir un futur où les barrières à l’adoption des véhicules électriques seraient significativement réduites. Cette évolution pourrait contribuer à une meilleure intégration des infrastructures dans le quotidien des utilisateurs et encouragerait ainsi une mobilité plus durable.

Cependant, ce paysage en mutation vient avec son lot de défis. Alors que certaines régions pourraient rapidement adopter ces nouvelles normes, d’autres pourraient rencontrer des obstacles techniques ou financiers importants. De surcroît, la généralisation du paiement direct par CB soulève des questions quant à la sécurité des transactions et la protection des données personnelles.

La carte de recharge pour voiture électrique, autrefois pilier essentiel dans le domaine de la mobilité électrique, pourrait bientôt se voir reléguée au rang d’accessoire optionnel. Ce changement s’inscrit dans une tendance plus large favorisant l’accès simplifié et universel aux services, un objectif louable qui nécessitera néanmoins une mise en œuvre vigilante et coordonnée pour garantir sa réussite.