Olympiades 2024 : EDF vise l’électricité verte

jeux olympiques sous le signe du renouvelable

Publié le

Énergie nucléaire et Jeux olympiques 2024 à Paris : EDF mise sur les renouvelables pour un événement « faiblement carboné »

En tant que partenaire officiel des Jeux olympiques et paralympiques 2024 à Paris, EDF s’est engagé à fournir de l’électricité 100% renouvelable pour alimenter les sites de l’événement. Malgré le fait que l’atome civil soit une énergie peu émettrice de CO2 et la principale source de production électrique en France, le nucléaire n’est pas mentionné dans la communication liée aux Jeux.

Ce choix de ne pas mettre en avant le nucléaire provient d’une demande du Comité d’organisation des Jeux, remontant à 2015, une époque où l’énergie atomique connaissait une baisse de popularité en France. À cette période, le pays s’était engagé à réduire la part du nucléaire dans son mix énergétique, avant d’opérer un revirement avec la relance du nucléaire en 2022.

Des certificats d’origine renouvelable pour couvrir l’électricité des Jeux

Pour répondre à cet engagement, EDF utilisera des certificats de garantie d’origine renouvelable provenant de huit installations éoliennes et solaires en France. La concomitance entre la production et la consommation sera certifiée heure par heure grâce à un nouvel outil basé sur la technologie blockchain, appelé TrackElec.

L’entreprise prévoit de couvrir 80% de la consommation des Jeux, estimée à 70 gigawattheures, avec cette concomitance horaire. Pour le reste, EDF mettra en avant ses innovations, comme une toiture solaire mobile et des installations solaires déployées sur la Seine, dans le but de remplacer les groupes électrogènes au diesel par des solutions plus durables.

Un événement faiblement carboné

Bien que le nucléaire soit absent de la communication officielle, les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 se veulent faiblement carbonés et alimentés par de l’électricité renouvelable. EDF, en tant que fournisseur officiel d’électricité, s’appuiera sur son mix énergétique, riche en énergies renouvelables et nucléaire, pour répondre à cet objectif.

Autre article à lire
La montée de l'autoconsommation avec les panneaux solaires

Malgré la complexité de tracer spécifiquement l’origine de chaque électron injecté sur le réseau, cette approche permettra de garantir une alimentation en électricité durable et responsable pour l’événement sportif mondial, tout en mettant en lumière les innovations d’EDF dans le domaine des énergies renouvelables.

Le poids du nucléaire dans le mix électrique français

Bien que le nucléaire ne soit pas mis en avant pour les Jeux Olympiques 2024, il reste la principale source de production d’électricité en France, représentant près de 70% du mix énergétique national. Cette énergie est considérée comme faiblement émettrice de CO2 et joue un rôle clé dans la transition énergétique du pays.

L’engagement d’EDF dans les énergies renouvelables

Parallèlement à son parc nucléaire, EDF développe activement ses capacités dans les énergies renouvelables, notamment l’éolien et le solaire. L’entreprise dispose déjà d’un important portefeuille de centrales renouvelables en France et à l’international, et poursuit ses investissements dans ce domaine.

Les innovations présentées lors des Jeux Olympiques, comme la toiture solaire mobile et les installations photovoltaïques sur la Seine, illustrent cette volonté de promouvoir des solutions énergétiques durables et décarbonées.

Un défi logistique de traçabilité

Si les certificats d’origine renouvelable permettent de garantir une alimentation des sites olympiques en électricité verte, il reste complexe de tracer précisément la provenance de chaque électron injecté sur le réseau. C’est pourquoi EDF met en place un outil de traçabilité horaire basé sur la blockchain, afin de certifier la concomitance entre production et consommation d’électricité renouvelable.

En somme, cet événement sportif majeur représente pour EDF une opportunité de valoriser à la fois ses compétences dans le nucléaire et les énergies renouvelables, tout en réaffirmant son engagement en faveur de la transition énergétique et de la lutte contre le changement climatique.