Fin du programme de location sociale des voitures électriques en 2024: un succès fulgurant

Fin du programme de location sociale des voitures électriques

Publié le

Résultats remarquables pour la première édition du programme

Le gouvernement français a annoncé lundi la fin du programme de location sociale, permettant à certaines personnes à faibles revenus d’accéder à une voiture électrique pour 100 euros par mois, puisque la demande élevée a permis de doubler l’objectif initial moins d’un mois et demi après son lancement. Le palais de l’Élysée a déclaré que les 50 000 commandes déjà passées seront honorées, confirmant des informations provenant de sources récentes.

L’énorme demande enregistrée est une bonne nouvelle pour les constructeurs automobiles qui se trouvent sur le seuil d’une année incertaine pour les véhicules électriques dans la plupart des marchés en raison des incertitudes concernant les incitations, l’offre disponible et le pouvoir d’achat des ménages.

Nouvelle vague de commandes en 2025

Le gouvernement a précisé que le programme s’adresse aux ménages dont le revenu fiscal par part est inférieur à 15 400 euros par an et aux conducteurs qui parcourent plus de 8 000 km par an ou vivent à plus de 15 km de leur lieu de travail. Soixante modèles de voitures électriques étaient éligibles au bonus après que le gouvernement a resserré les conditions pour favoriser la production automobile européenne.

  • Inscriptions ouvertes aux ménages dont le revenu fiscal par part est inférieur à 15 400 euros par an
  • Concerne les conducteurs roulant plus de 8 000 km par an ou vivant à 15 km et plus de leur lieu de travail
  • Soixante modèles éligibles pour favoriser la production européenne

Une nouvelle vague de commandes sera mise en place en 2025, a déclaré le gouvernement, ajoutant qu’il souhaite augmenter le montant du bonus.

Zoom sur l’évolution rapide de cette mesure lancée en janvier 2024

Annoncé par le président de la République le 14 décembre, le palais présidentiel a décidé de mettre fin au programme en raison du nombre exceptionnel de demandes qui ont dépassé largement l’objectif initial. La première édition du programme a permis à près de 50 000 bénéficiaires de profiter d’un véhicule électrique sans avoir à l’acheter et en payant un loyer mensuel.

Autre article à lire
Le futur de l'industrie automobile est-il électrique?

Le contrat, d’une durée minimale de 3 ans et renouvelable une fois, offrait deux options au locataire : rendre le véhicule ou l’acheter pour sa valeur résiduelle, c’est-à-dire sa valeur après la fin du contrat. Il ne faut pas confondre cette formule avec les locations longue durée qui n’offrent pas la possibilité d’acheter le véhicule à l’issue du contrat.

Quotas initiaux largement dépassés

Bénéficiant potentiellement à la moitié des ménages actifs, le programme a cependant été initialement limité à environ 20 000-25 000 bénéficiaires. Les conditions requises pour être éligible étaient :

  • un revenu fiscal de référence inférieur à 15 400 euros par part;
  • logement situé à plus de 15 kilomètres du lieu de travail en utilisant leur véhicule personnel;
  • déplacements domicile-travail ou professionnels excédant 8 000 kilomètres par an.

En un mois seulement, près de 100 000 candidatures ont été enregistrées, dont 50 000 ont été approuvées. Si l’aide étatique était prévue à hauteur de 300 millions d’euros, soit environ 13 000 euros par véhicule financé directement par le gouvernement, cette somme devrait doubler en raison de l’afflux des demandes.

Les constructeurs automobiles profitent du succès

Le groupe Stellantis a particulièrement bénéficié de cette offre en proposant ses modèles électriques Peugeot 208, Fiat 500 et Jeep Avenger dès la mi-décembre, atteignant un volume total de près de 20 000 voitures. D’autre part, Renault devrait lancer son modèle Renault5 Electric fabriqué dans le nord de la France en 2024, mais à des tarifs légèrement supérieurs aux environs de 25 000 euros. En attendant, toutes les commandes passées jusqu’à ce jour seront honorées.

Le programme reprendra son élan fin 2024 ou début 2025

Bien que mis en pause, le programme devrait connaître une nouvelle vague fin 2024 ou début 2025, selon les récentes déclarations du gouvernement. L’objectif étant toujours de favoriser la production automobile européenne tout en proposant des solutions accessibles aux ménages aux revenus modestes pour adopter les véhicules électriques et contribuer à la transition écologique.