Découverte du plus grand gisement d’hydrogène naturel au monde

mine de chrome albanaise et gisement d'hydrogène

Publié le

Gisement d’hydrogène naturel : découverte record en Albanie

Une équipe de chercheurs a fait une découverte majeure en Albanie : le plus grand gisement d’hydrogène naturel au monde, enfoui à environ 950 mètres de profondeur dans une mine de chrome. Cette ressource énergétique propre, également connue sous le nom d’hydrogène blanc, représente une avancée prometteuse dans la transition vers des sources d’énergie durables.

Une source d’énergie propre et abondante

L’hydrogène naturel se distingue par son caractère écologique. Lors de sa combustion, il ne libère que de l’eau, contrairement aux combustibles fossiles qui émettent des gaz à effet de serre. Les chercheurs ont mesuré que le gaz s’échappant du site contenait 84% d’hydrogène, ainsi que du méthane et de l’azote. Environ 220 tonnes d’hydrogène sont libérées chaque année, selon les estimations.

Le potentiel de ce gisement est considérable : près de 55 000 tonnes d’hydrogène pourraient être présentes sous la mine, suffisantes pour alimenter une production pendant 238 ans. Cette découverte ouvre des perspectives pour identifier d’autres sources d’hydrogène naturel dans des zones géologiques similaires.

Un atout pour la décarbonisation des industries

Actuellement, la production d’hydrogène à des fins commerciales repose principalement sur les combustibles fossiles, générant ainsi des émissions de gaz à effet de serre. L’hydrogène naturel, exempt de ce processus polluant, pourrait contribuer à la décarbonisation des industries énergivores.

De plus, cette source d’énergie primaire extractible présente un avantage économique non négligeable. Selon les estimations, l’hydrogène naturel coûterait environ 1 dollar par kilo à produire, soit un coût inférieur à celui de l’hydrogène vert produit par électrolyse de l’eau.

Des précautions à prendre

Bien que prometteur, l’exploitation de ce gisement d’hydrogène naturel nécessite une approche prudente pour éviter tout impact environnemental indésirable. Le site minier étant situé dans une zone riche en fer appelée ophiolite, propice à la génération d’hydrogène lors de réactions avec l’eau, une exploration minutieuse s’impose.

Autre article à lire
Énergie nucléaire : la France poursuit le recyclage du combustible au-delà de 2040

Cette découverte, décrite dans l’article de référence de Truche et al. publié dans la revue Science en 2024, représente une étape cruciale vers une énergie plus durable. L’hydrogène naturel pourrait jouer un rôle clé dans la transition énergétique à l’échelle mondiale.

Un site géologique propice

La mine de chrome en Albanie où a été découvert ce gisement est située dans une zone géologique particulière appelée « ophiolite ». Ces formations rocheuses, riches en fer, sont propices à la génération naturelle d’hydrogène par des réactions chimiques avec l’eau présente dans les couches souterraines.

Un potentiel à explorer

Les chercheurs estiment que 55 000 tonnes d’hydrogène pourraient être présentes sous cette mine albanaise. Cependant, ce chiffre n’est qu’une estimation préliminaire. Des études plus approfondies seront nécessaires pour cartographier précisément l’étendue du gisement et son potentiel total d’exploitation. D’autres sites similaires à travers le monde pourraient également receler des réserves d’hydrogène naturel.

Un défi d’extraction

Si l’extraction de cette ressource énergétique propre semble prometteuse, elle comporte aussi des défis techniques. Les équipes devront mettre au point des méthodes sûres pour récupérer cet hydrogène enfoui à près d’un kilomètre de profondeur, tout en minimisant les impacts environnementaux sur le site minier et ses environs.

Un rôle complémentaire

L’hydrogène naturel ne se substituerait pas totalement aux autres sources d’énergie renouvelable comme l’éolien ou le solaire. Cependant, son exploitation représenterait un complément bienvenu dans le mix énergétique mondial pour accélérer la transition vers une économie décarbonée. En résumé, cette découverte scientifique majeure ouvre de nouvelles perspectives prometteuses pour une production d’hydrogène propre, abondante et relativement peu coûteuse à grande échelle.