L’Union Européenne doit accélérer la réduction des émissions pour tenir ses objectifs climatiques

L’Union Européenne doit accélérer la réduction des émissions pour tenir ses objectifs climatiques

Publié le

Un rythme de réduction des émissions trois fois plus rapide est nécessaire

Selon le nouveau Commissaire européen au Climat, Wopke Hoekstra, l’Union Européenne doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre près de trois fois plus rapidement qu’elle ne l’a fait au cours de la dernière décennie pour atteindre ses objectifs climatiques. Pour parvenir à une réduction de 55 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, il affirme que l’UE doit accélérer les réductions dans les secteurs du bâtiment, des transports et de l’agriculture.

Dans un rapport publié mardi par la Commission européenne, on apprend que l’UE s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990 pour lutter contre l’augmentation des événements météorologiques extrêmes. Cependant, au cours des trois dernières décennies, elle n’a réduit ses émissions que de 32 %, ce qui entraîne un important déficit pour les sept prochaines années.

Les politiques actuelles insuffisantes pour atteindre les objectifs

Selon les données de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), les politiques actuelles ne permettront de réduire les émissions que de 43 % d’ici 2030. Ce chiffre passerait à 48 % si l’on tenait compte des politiques prévues mais pas encore mises en œuvre, soit toujours un déficit de sept points par rapport à l’objectif initial.

Wopke Hoekstra souligne que « le rythme de réduction des émissions doit s’accélérer » pour atteindre ces objectifs dans leur intégralité. La Cour des comptes européenne estime également que les États membres sont en passe de ne pas atteindre leur objectif de réduction de 55 % des émissions par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2030.

Un développement rapide et soutenu des énergies renouvelables

Bruxelles encourage les technologies propres telles que les éoliennes et les panneaux solaires, mais insiste sur le fait que la croissance des énergies renouvelables doit être beaucoup plus rapide qu’elle ne l’a été au cours des dernières décennies. Une croissance plus rapide sera nécessaire pour atteindre l’objectif européen de 42,5 % d’énergies renouvelables d’ici la fin de la décennie.

  • L’UE doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre près de trois fois plus rapidement
  • Les secteurs du bâtiment, des transports et de l’agriculture doivent accélérer leurs efforts
  • Un développement rapide et soutenu des énergies renouvelables est nécessaire
Autre article à lire
Recyclage de la styromousse : comment recycler le polystyrène ?

L’élimination des subventions aux combustibles fossiles, un impératif pour la transition énergétique

Wopke Hoekstra, ancien employé de la compagnie pétrolière Shell et du cabinet de conseil McKinsey, a également affirmé que les subventions aux combustibles fossiles étaient inutiles pour la transition vers l’énergie propre et a rappelé aux gouvernements des États membres qu’ils s’étaient engagés à les supprimer progressivement. Selon le rapport, les subventions énergétiques ont atteint 123 milliards d’euros en 2022, avec la moitié d’entre elles ne prévoyant pas de date de fin prévue au cours de cette décennie.

Il est attendu que lors du sommet COP28 qui se tiendra le mois prochain, l’Union Européenne fera pression pour une élimination mondiale des combustibles fossiles sans technologie de capture des émissions ainsi que certaines subventions.

Des plans climatiques et énergétiques encore incomplets

Seuls quelques États membres ont respecté l’échéance fixée par la Commission en juin pour soumettre leurs plans climatiques et énergétiques. Trois des cinq plus grands pollueurs (Allemagne, France et Pologne) n’ont toujours pas présenté de plan d’action.

Selon un rapport du groupe de campagne Climate Action Network Europe, les politiques présentées dans les plans déjà soumis ne suffisent pas à empêcher les températures d’augmenter de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels.

Lundi dernier, les États membres de l’UE ont adopté leur position commune pour la COP28 en assouplissant le libellé sur les objectifs de réduction des émissions et la suppression progressive de l’utilisation des combustibles fossiles dans l’Union Européenne, afin d’obtenir un accord unanime.

Ainsi, si l’Union Européenne veut respecter ses engagements en matière de climat, elle doit impérativement accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre et mettre en place des politiques plus ambitieuses. Le temps presse et il est essentiel que les gouvernements prennent leurs responsabilités pour parvenir à un avenir durable.